Écrits victorieux


Lancement le 15 décembre 2017
lors d'un 5 à 7 à La Flèche rouge
4281 rue Sainte-Catherine Est, Montréal, QC H1V 1X7

96 pages

Publication : décembre 2017

ISBN 978-2-9815547-2-7

 

Pour lire un extrait







 

 

La fin du monde est en osti

 

120 pages

Publication : octobre 2015

ISBN 978-2-9815547-1-0

 

Pour lire un extrait

 

Pour voir notre galerie

 

Critique de François Rioux dans la revue Estuaire

(Avec l'aimable autorisation de la revue Estuaire)

 

Entretien avec l'auteur


 

Disponible chez:

 

MONTRÉAL Librairies L'Insoumise, Zone Libre, Le Port de tête, Gallimard, Square St-Louis, La Flèche rouge

QUÉBEC Librairie Pantoute

CHICOUTIMI Librairie Les Bouquinistes

 

Pour commander, envoyez un courriel : 

contact@stopstopstop.net

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 10 $CA  (8 euros)  (frais de poste inclus)

 Paiement par carte sur PayPal                                                                                       


   Voilà un drôle de livre que ce recueil d’aphorismes et de poèmes de voyages.

   Voyage de l’auteur d’abord qui, de Montréal à Londres et de Chambly à Édimbourg, note ses moments
« où le jeu des forces sociales finit par donner raison à la scrap prolétarienne en calvaire » dont il se réclame.

   Voyage intérieur ensuite, où les observations amoureuses côtoient les calculs stratégiques, les jeux pour s’accrocher « à la vie qui veut » et les efforts pour « mettre le feu à ce qui nous étouffe et nous retient par terre ».

   Voyage pour le lecteur et la lectrice, enfin, qu’on invite vers la libération « ou en tous cas vers la contestation » dans ces projections libérantes pour que finalement « l’osti d’monde tire à sa fin ».


NOS LECTEURS ET LECTRICES S'EXPRIMENT...

 

Compliment à l'auteur : On dirait Le Poids du Monde de Peter Handke, mais en mode révolutionnaire... LOUIS AUBIN

 

Ce livre n'a pas cessé de me provoquer. J'ai eu le goût de courir vers le monde avec un coeur neuf. ISABELLE G.

 

J'ai adoré ce livre au petit format, mais au message énorme. Il est excentrique, authentique, mais par-dessus tout, on sent qu'il est vécu.  Le livre vous fait rire, pleurer et désirer.  Une fois que vous l'avez en main, vous ne pouvez le mettre de côté. Il me fait penser à un chant, mais il possède la puissance d'un écrit philosophique. Par-dessus tout, il résonne de vérité. C'est un livre écrit par quelqu'un qui a vécu, qui s'est préoccupé des autres et qui a œuvré avec engagement. Le livre a plusieurs yeux ouverts sur le monde et au moins l'un de ceux-ci regarde le lecteur directement dans les yeux. Ce livre vous convie à vous lever pour vous engager dans la vie comme jamais vous n'aviez osé le faire auparavant. On n'oubliera pas La fin du monde est en osti.  CAROLINE

 

J'ai tout récemment acheté la fin du monde est en osti... déjà, en lisant quelques pages, j'ai retrouvé l'espèce de force tranquille en moi pour écrire ce que j'ai envie de dire. MERCI. Allez donc vous procurer ce petit livre-là! 10$ pour La fin du monde est en osti - privilégiez les librairies indépendantes en même temps - il m'a fait réaliser bien des choses que j'ignorais en dedans d'moi.  CARLÈNE

 

Un esprit fin, des observations perspicaces, un point de vue à contre-courant qui nous brasse le quotidien. On y trouve matière à réflexion et raisons de se sentir moins tout-seul. MICHEL D., INSULAIRE.

                                                                                                                                                         

Je ne suis pas critique littéraire, par contre je dois avouer que je ne me suis pas ennuyé à la lecture de ce livre qui a un style à la fois poétique dans l'écriture et pamphlétaire par les observations. RICHARD B.

 

C’est un livre qui me parle personnellement car il parle à l’exilé, au type du coin de la rue, il est drôle et son écho porte loin dans le monde. J’aime le passage entre le français et le français canadien, c’est comme un dérapage et en même temps l’auteur n’a pas pu s’empêcher de glisser en lui même. C’est un livre qui m’a fait rire, c’est un livre qui ne laissera personne indifférent. Avant tout La fin du monde est en osti prend position. Je l’ai vécue comme un écrit philosophique. Ce sont des mots qui parlent, qui chantent, qui crient et qui demandent. Ce livre reste avec son liseur. CAROLINE

 

Dans un monde où pour se maintenir les forces du capital sèment la précarité et l'insécurité à tous vents, Saint-Claude nous invite à nous lever contre la léthargie ambiante. « La fin du monde est en osti » par de petits et grands gestes quotidiens: se débloquer de nos peurs, ouvrir de nouvelles avenues créatrices et révolutionnaires, se battre pour notre émancipation. VINCENT V.

 

Je suis tombée en amour avec La fin du monde est en osti, bien que je n'ais aucune idée de ce qu'est une « osti ».  Le livre scintille d'énergie créatrice, d'observations détaillées, de beauté poétique et de rage. Il est rempli de merveilleuses réflexions, d'idées et de pensées politiques et personnelles, que j'adore explorer à mon rythme et à mon gré. Son petit format se glisse aisément dans ma main lors de mes promenades et il fait un usage enjoué et astucieux de la langue et des images qui me fascine et maintien mon intérêt. Il possède aussi cette rare qualité d'intégrer un esthétisme à la résistance politique, et cette remarquable faculté, trop peu répandue, d'offrir de l'espoir…  Recherchant la signification d'« osti », j'ai découvert qu'il s'agit d'un terme blasphématoire pour le pain sacramentel (hostie) utilisé dans l'Eucharistie.  Alors tout se comprend, car comme le suggère le philosophe Italien Agamben dans son essai Profanation : « La profanation de ce qu'on ne peut pas profaner est la tâche politique de la génération qui vient ». IDIT